Journal d’un SEO #1

J’avais dit que je partirai… Et je suis parti. Je me devais d’écrire, cela fait des années que je me retiens, par peur de l’échec, procrastination, à cause de ma maladie chronique ou la fameuse excuse de mon fils “autiste” mais qui l’est de moins en moins. Du moins, il s’en fout de plus en plus. Il geeke Fortnite et Overwatch… Il passe des heures dessus, il ne s’intéresse à rien d’autre. Les autistes sont monomaniaques, ça se confirme, mais à vrai dire, j’étais pareil que lui au même âge. Ha oui, je ne vous l’avais pas dit ? Asperger qu’on appelle ça. Tu parles ! Tout le monde se dit Asperger car les génies étaient Asperger. Si c’est pour être comme les autres, fuck les génies, je laisse Asperger et garde asocial.

Je voulais écrire donc et puis, les trucs chiants habituels.

Nous sommes parti quelques jours chez mon père, c’était bien.

Cela faisait des années que je n’avais pas mon ordinateur avec moi, mon père n’ayant pas Internet.

Alors, le temps où je ne me baladais pas ou ne charriais pas mon père comme d’habitude, en particulier sur son physique, je le passais sur mon téléphone. Au départ, j’étais sur la 4g mais mon forfait ridicule a vite été bouffé. Comme par hasard, la voisine de mon père est une femme cool. C’est bien chez mon père. C’est une grande maison scindée en plusieurs appartements. Du coup, tout le monde se connait et j’ai pu récupérer le code wifi de la voisine cool.

En me baladant avec mon fils et sa mère, j’ai repéré un produit. Et comme tout seo qui se respecte, j’ai voulu acheter le nom de domaine. Bien sûr, je savais que le .com, le fr etc étaient tous pris mais là j’ai eu un choc. Toutes les extensions étaient prises. Du coup, je lache l’affaire ce jour là. Le lendemain, j’y repense encore et décide de retourner sur namecheap. Là je vois le .shop dispo… Ni une ni deux je l’achète. Tout heureux, j’en parle avec Patrice de sitepenalisé… mais 40 minutes plus tard… Message de Namecheap, qui me rembourse ma commande. J’étais dégouté… Du coup, je tente d’en acheter un autre. Bim ! le ndd en .org… Mais vous savez sur le téléphone, parfois on voit mal… J’avais oublié une lettre au ndd… ça faisait plus de 10 ans que cela ne m’était pas arrivé.

Et là Patrice me sort un dérivé de l’emd, bim, je vérifie : disponible ! J’achète !

Et donc, comme toujours lorsque l’on achète un ndd, l’excitation monte ! On se projette dans l’avenir, “et si ça marchait vraiment”… Et c’est avec mon habituelle naïveté sous le coude, que me voila propriétaire du prochain ndd qui me permettra d’acheter une maison à ma famille.

En rentrant, je me fais lourder par des gens que j’aidais gratos pour un projet Youtube. Se faire virer lorsque l’on bosse gratuitement… J’invente des trucs, je vous dis, un vrai créatif…
C’est vrai que j’ai toujours eu une fascination pour Youtube. J’adore accompagner les projets de la base. Voir le truc grandir… J’ai vu des semaines à des milliers d’abonnements.

Moi même, j’aurais voulu faire des vidéos, mais hélas, j’ai 2 soucis :

  1. avec mon fiston c’est difficile
  2. la peur de l’échec

Alors j’ai aidé des gens pour vivre le truc par procuration. Il y en a un qui en vit aujourd’hui mais il ne veut plus me parler, j’ai dû dire une connerie. Sur 7 chaines, 3 fonctionnent ou sont en passe de fonctionner (une en particulier). Je trouve le ratio cool. Mais pour certains, je n’ai servi à rien. Moi-même je n’ai jamais eu la prétention de croire que j’étais celui qui avait tout créé. Moi, je fais en sorte que les vidéos soient plus vues que si je n’étais pas intervenu, je fais du seo c’est tout. Bref ! Plus jamais je n’aiderai des gens sans rien en retour.

Vous savez… Aider gratuitement est suspect.

Mais ne me faites pas de leçons, svp, ça va me gonfler.

Je digresse totalement, mais je suis déjà grillé dans la profession non ?

Trop instable, pas assez bosseur, dépressif…

C’est pour cela que j’ai fermé mon auto-entreprise. J’étais réduit à me taper des CP, j’étais devenu rédacteur seo. Moi Jackie Chun, rédacteur seo… J’ai rien contre, ça m’a fait bouffer mais… Je suis un putain d’artiste SEO ! Pas un gratte papier. Mais voila, quand on est barré comme moi, émotif, on se tape le sale boulot. Bien fait après tout… Mais j’ai fermé mon entreprise. Je vis définitivement aux crochets de ma femme. Je suis un vrai féministe finalement. Et en plus, elle me dit qu’elle m’aime.

En rentrant, je décide de m’occuper de mon site. j’installe comme d’habitude amp, seopress, jetpack, pubhubsubb (je sais jamais comment on l’écrit) Je vire la h1 du logo. Tiens, à propos de la h1 dans le logo… J’ai vu des sites de consultants SEO qui avaient la H1 autour de leur logo… Putain, consultant qu’ils disent ?! Vous comprenez pourquoi ça m’énerve ? C’est comme un mec qui se dit moniteur d’auto-école et qui ne sait pas qu’il faut enlever le frein à main…

Je continue avec mon site… permaliens ok, tronquage des feeds ok, lien footer enlevé ok. Les hn dans les widgets, je verrais plus tard. Comme d’hab, j’ai paumé mon code Akismet. Pour lancer le site, je prends 3 articles au hasard dans google us sur une requête précise : gloubiboulga seo jackie chun, j’en fait un article. Oui. je vole les idées d’articles au départ, comme tout le monde. Je cherche le ping… je vérifie… je re cherche le ping… toujours rien. Putain ! Ils m’ont viré add url de google. Quelque part tant mieux. Les mecs qui ont de l’oseille se payent des articles comme je m’enfile le liquide de ma e-cig. Là, j’aurais plus de temps pour ne pas être distancé tout de suite. C’est ma chance. Et à vrai dire avec 3 fois moins de liens, je vais les fumer quand même.. (Et laisserai tomber ce ndd… remonterai une entreprise, et en ferai un cp pour rentrer de l’argent tout de suite… Stop ! pas encore…)

J’enchaine 2 autres pages, 2 articles. Ping via webmastertools… Je me soumets.

Retour sur Skype, j’aide PG a mieux ranker. On avance. Patrice veut me payer comme d’hab, mais je ne peux plus facturer, il me rendra service à son tour.

Je vais sur Twitter, je retrouve mes abonnements SEO, les gars qui réussissent, un ou deux losers comme moi. Je suis de retour à la maison.

Un jour, j’arriverais peut-être à quelque chose dans ce putain d’algo ?

Je m’en fous, de toute façon, j’aime trop ça pour pouvoir en vivre.

6 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *